De l'ancien français Toz Sainz, « tous les Saints » : depuis le IXe siècle, la Toussaint célèbre le 1er novembre la mémoire de tous les Saints, et anticipe dans la joie notre propre salut.  Dès le Ve siècle, sans doute sous l'influence de l'Orient, Rome fêtait « tous les Saints » le premier dimanche après la Pentecôte, au terme des célébrations pascales. Cette fête fut reportée au 1er novembre lorsque Saint Grégoire fixa les Quatre-Temps de printemps à la semaine de la pentecôte. Une fête assez parallèle fut instituée le 13 mai 609, en souvenir de la consécration du Panthéon romain, transformé en église chrétienne, et de la translation de nombreuses reliques dans cet édifice. En 835, Grégoire IV (827 - 844) fusionna les deux fêtes dans la célébration que nous connaissons aujourd'hui.