Philippe fut l'un des premiers disciples du Seigneur (Jn 1,43). Originaire de Bethsaïde, comme les autres disciples qui s'attachèrent au Christ vers les mêmes temps que lui, il devait cependant appartenir à une communauté plus hellénisé, comme le laisse supposer son nom grec et les rapports qu'il eut avec les païens (Jn 12,20-30).
Les trois interventions de Philippe connues par l'Évangile (Jn 1,45 ; 6,5-7 ; 14,8) se réfèrent à l'Ancien Testament et expriment son espoir de voir les prophéties se réaliser dans la personne du Christ. Philippe nous aide à comprendre le miracle de la multiplication des pains (Jn 6) à la lumière de l'Exode (Nb 11,21-23), et son souhait : « montre nous le Père » reprend celui de Moïse : « montre-nous ta gloire » (Ex 33,18). D'après la tradition, Philippe propagea la foi en Phrygie, où il paraît avoir été lapidé, puis curcifié vers l'an 80.  

Jacques, appelé le « mineur » pour le distinguer du frère de Jean, est connue comme fils d'un certain Alphée (Mt 10,3 ; Mc 3,18 ; Ac 1,13) et frère de l'apôtre Jude. Il fut le premier évêque de Jérusalem. Il est l'auteur d'une épître. Il mourut précipité du haut du temple de Jérusalem en 61 ou 62.