Originaires de Thessalonique, ils sont envoyés par l'Église de Byzance, et tout spécialement par son patriarche Photius, aux peuples de Hongrie et de Russie. Déjà sur la voie de la séparation d'avec Rome, saint Cyrille et saint Méthode s'acquittèrent de leur mission en traduisant l'Écriture en slavon et en célébrant la liturgie dans la langue du pays, afin d'assurer les bases d'une véritable culture chrétienne populaire. Mais des difficultés considérables entravèrent leur apostolat, notamment les conflits, virulent déjà, entre Germains et Slaves. Byzance soutenant mal ses missionnaires dans ces épreuves, ceux-ci demandèrent l'appui de Rome. Trop heureux de les accueillir, le pape authentifia leur mission et accepta de reconnaître aisément leur technique d'apostolat et spécialement leur liturgie. Calomniés et sans cesse dénoncés pour leurs initiatives, entravés dans leur action par les oppositions entre l'Orient et l'Occident, par les conflits entre seigneurs germaniques et slaves, les deux saints ne se départirent jamais des règles essentielles de l'apostolat chrétien : adaptation du message à la culture des hommes, respect des pierres d'attente qui préparent à l'Évangile, rejet de tout uniformité en vue de l'unité. Cyrille est mort à Rome en 869. Méthode promu légat du pape en Pannomie déploya dans cette fonction un zèle immense, il mourut en 885.

NB : A tout ceux qui veulent absolument que la messe soit en latin, ils devraient prendre leur référence sur Cyrille et Méthode, qui démontre le rôle universel de l'Église bien avant Vatican II.