Fils de Jonas de Betsaïde (Mt 16,17) et frère cadet de Pierre, André fut le premier disciple choisi par le Seigneur (Mt 4,18 ; surtout Jn 1,40-42). Son éveil religieux a probablement été guidé par Jean-Baptiste, près duquel il connut l'apôtre Jean (Jn 1,35-40). Ses interventions dans le groupe des apôtres sont assez réduites, mais très significatives. C'est à son enthousiasme communicatif que Pierre se rallie pour suivre le Christ (Jn 1,41). C'est lui encore qui, devant la foule affamée, rappelle au Christ le miracle de la manne et celui des cailles (Jn 6,8) comme pour l'inviter à renouveler cette merveille.

Au contact de Jean-Baptiste, André connut l'essénisme ; aussi est-il fortement marqué par l'espérance messianique : c'est lui qui posa la question à laquelle le christ répondit par son discours eschatologique (Mc 13,3-37). Enfin, André s'est montré particulièrement ouvert au problème missionnaire puisqu'il se porta garant, avec philippe, et dans les formes prescrites par le judaïsme, des bonnes dispositions des païens qui voulaient approcher Jésus (Jn 12,20-22). Il fut martyrisé à Patras en Grèce sur une croix en forme de X, et que l'on appellent encore croix de Saint-André.