Ce sont les victimes du roi de Judée, hérode le Grand. Lors de la venu des mages qui veulent adorer le « roi de Juifs » à Bethléem, en informent Hérode, ce roi fait par les Romains. Craignant un futur rival, Hérode ordonne de tuer tout les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans ce qui en dépendait.

Ainsi s'accomplit l'oracle de Jérémie :
« Une voix dans Rama s'est fait entendre, pleur et longue plainte : c'est Rachel pleurant ses enfants ; et elle ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus ».

Matthieu établit un parallèle entre l'enfance du Christ et celle de Moïse. Tous deux naissent lors d'un massacre des enfants d'Israël (Ex 1,22). Le bébé qu'était Jésus échappa au massacre. L'ange du Seigneur était en effet apparu à Joseph dans un songe pour lui dire : « Lève toi, prends l'enfant  et sa mère ; fuyez en Égypte, et restez-y jusqu'à ce que je te prévienne ». Ainsi la cruauté d'Hérode n'atteindra pas son but. Là aussi Matthieu établit un parallèle, tous deux pénétrèrent en Égypte (Ex 3,10 - Mt 2,13-14) ; l'un et l'autre réalisent la parole « j'ai appelé mon enfant d'Égypte » (Mt 2,15 ; Os 11,1).
Auguste disait d'Hérode : « Mieux vaut être le goret d'Hérode que son gosse », en effet le roi ne tuait pas les porcs, animaux impurs.  

Prudence, Poète Latin et chrétien (348 - 405) a composé cette hymne en l'honneur de ces martyrs.
« Je vous salue, Fleurs des martyrs, qu'a l'aurore de votre vie l'ennemi du Christ arracha, comme le vent les roses naissantes. Première victimes du Christ, doux troupeau d'agneaux immolés, vous jouez, devant l'autel même, avec vos palmes et vos couronnes.
Gloire soit à toi, ô Seigneur, à toi qui est né de la Vierge ; gloire au Père et au Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles. Amen. »  

Et saint Pierre Chrysologue, d'écrire :
« Bienheureux sont-ils ces petits que nous voyons naître pour le témoignage de Dieu et non pour le monde. Oui, bienheureux ces petits qui ont traversé le lieu du travail pour trouver aussitôt le repos, le lieu des souffrances pour trouver le soulagements, le lieu des larmes pour la joie. Ils vivent, ils vivent vraiment, ceux qui ont mérité de mourir pour le Christ. »

NB : Il me semble nécessaire de préciser, par rapport à mes engagements religieux que des pèlerinages (avec célébration eucharistique) se tiennent lors de cette fête de l'église, pour tous les enfants morts nés soit par accident, ou bien qui subissent les lois iniques de l'avortement par (IVG ou IVT), ainsi que pour ceux décédés après leur naissance et non baptisé. Veuillez vous renseigner auprès de votre paroisse ou évêché.